Concernant le site...


A propos |février 2011

Présentation

Salut, moi c’est STF. Je suis le programmeur d’Entropy, l’initiateur du projet et occasionnellement je fais dans le cinéma libre. Je vais essayer de faire une description inversement chronologique du développement du site et de la technologie en place dans ce petit chose.

Hébergement

L’hébergement est assuré gracieusement par nos amis de l’association TuxFamily.

Licence ?

Le squelette SPIP est sous licence Creative commons By (attribution à Stéphane Drouot - lacrymosa æterna industry), SPIP en lui même est sous licence GNU/GPL.

Version à venir ?

Dans le temps que j’aurais à venir, viendrons les choses suivantes :

  1. Mettre à jour le logiciel de gestion du wiki qui date de la préhistoire
  2. Ajouter un système de login pour les visiteurs pour qu’ils puissent noter les vidéos et créer leurs propres playlists
  3. Un système pour proposer le code nécessaire à l’insertion des vidéos dans votre blog...

Version Bêta

La version actuelle, dite Bêta parce que c’est la seconde version du site, et qu’à mon gout, il manque encore quelques fonctionnalités.

Entropy est propulsé toujours sous le système SPIP, avec un squelette programmé par moi-même qui détecte automatiquement les vidéos jointes et crée le système de navigation à deux étages.

Ce système est géré grâce à jQuery, qui permet de charger les pages d’une façon asynchrone ou d’injecter un player dans la page.

La mise en page et le design du site sont de moi, mais le chat vectorialisé est de Rore.

Version Alpha

La version alpha tournait également grâce à SPIP (ce qui à d’ailleurs permit une mise à niveau extrêmement simple). Outre le fait que la version originale n’était pas du tout compatible Ogv ni HTML5, elle était mue de pas mal de défauts de navigations qui ont été - je l’espère - corrigés avec la version bêta.

Une partie du design de la version Alpha était le travail de Audrey Maniez.


Publication : STF

Tags

Style

Informations
Manifesto

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire



Le cinéma libre en ébullition