BFM2010 Ecriture

De Entropy killed the Cat [Studio].

Ecriture - l'eau noire

Sommaire

Symbolisme

Dans ce film, une place importante est faite aux symboles des actions, des lieux, des personnages.

Le titre

L'Eau Noire est un titre polysémique :

  • L'eau, représente bien entendu le symbole cliché de la vie. Elle est aussi la fluidité, l'évanescence, inconstante et si difficile à capturer, à maitriser, à dominer.
  • La couleur noire pourrait faire penser au mal, à la douleur, elle n'est en fait qu'un adjectif, qu'une couleur.
  • L'eau noire est l'encre. Cette encre qui est répandue sur toutes les pages de tous les livres de la bibliothèque. Elle se concentre au sein de la machine (parce que c'est cool visuellement) et c'est de là que le film tire principalement son titre.

Version courte

Alice arrive à tâtons dans une bibliothèque en plein milieu du désert. Que de symbole dans cet acte seulement !

  • La bibliothèque est, pour moi, un lieux de culte où la divinité est l'esprit humain. Elle représente l'endroit de stockage physique de la connaissance, du savoir.
    • La Bibliothèque est au milieu du désert. L'atteindre n'est pas chose aisée. Tout est désolé, sans connaissance. Sans savoir, il n'y a rien.
    • L'intérieur de la bibliothèque est luxuriant, la nature s'y développe librement. La nature est (ironiquement) symbole de la nature humaine. Là où, à l'extérieur (à la fois de la culture et de la bibliothèque), elle ne peut pas vivre, elle se développe à merveille grâce au savoir.
  • Alice a les yeux fermés. Avant d'atteindre la connaissance, elle est inculte. La bibliothèque lui ouvre les yeux sur le monde.
    • Dans la version longue, en sortant, Alice entraine avec elle un peu de retour de la nature à l'extérieur de la bibliothèque, soulignant ainsi que la culture est quelque chose que l'on fait certes pour soi-même et par soi-même, mais elle a également un impact massif sur l'environnement avec lequel on rentre en contact par la suite, surtout si cet environnement est initialement culturellement pauvre.

Concernant le contenu de la bibliothèque :

  • Les gravures soulignent le fait que Alice n'est pas la première à venir puiser la culture. En fait, on pourrait même postuler qu'il s'agit là d'un rite d'entrée dans l'âge adulte. Tous les visiteurs précédents ont marqués leur passage, prouvant ainsi qu'ils sont désormais lettrés.
  • Le lieu est à l'abandon, malgré l'abondance et la luxuriance à l'intérieure de la bibliothèque, personne n'y vit réellement. On pourra considérer cela comme une critique de la société contemporaine, où apprendre se fait généralement dans un cadre bien défini, et ponctuellement. L'auto-perfectionnement intellectuel n'étant pas une valeur considérée comme requise pour être un "bon individu", l'apprentissage est une activité dans laquelle les gens ne s'éternisent pas... comme si, une fois l'école terminée, il n'était plus jamais nécessaire ou utile d'apprendre. Il y a d'ailleurs fort à parier que le désert du réel (comme dirait Baudrillard) à beaucoup à voir avec l'absence de l'Homme dans sa propre culture (à l'intérieur de la bibliothèque).
  • La machine est le symbole assez lisible d'Internet. En effet, même s'il semble possible d'accéder à l'information de partout, comprendre l'information reçue requiert la culture. Il faut donc qu'Alice fasse le chemin jusqu'à la bibliothèque pour pouvoir saisir le sens de l'information qui lui est fournie. En quelque sorte, elle ne peut en capturer le sens qu'une fois au sein de la bibliothèque. Et c'est bien l'information (représentée par l'eau noire) au sein de la culture (représentée par la bibliothèque) qui permet à Alice d'ouvrir les yeux, et non pas, individuellement, la capacité d'accès à l'information.

Inscriptions cryptiques

Gravures et affichages

  • (VL) θησαυρός est inscrit sur le montant de la porte de Thésaurus.
  • un poster déchiré est affiché dans la pièce principale, les inscriptions "WAR IS PEACE, FREEDOM IS SLAVERY, IGNORANCE IS STRENGTH" est une citation de 1984 de George Orwell
  • γνωθι σεαυτόν (Connais toi, toi-même / Connais ta place ) est inscrit à l'entrée de la bibliothèque. C'est une moitié du dicton inscrit sur l'entrée du temple d'Apollon à Delphe. Elle met en garde contre le complexe d'hybris.

Les arbres de la bibliothèque

Au centre de la bibliothèque trônent 2 grands arbres (un grand chêne, et un Magnolia).

  • Le grand chêne porte la description טוֹב וָרָע : Il est l'arbre de la Connaissance.
  • Le magnolia porte l'inscription עץ החיים : Il est l'arbre de la Vie.

Deux autres petits arbres poussent autour de la machine. L'un est un olivier, l'autre un acacia.

  • L'olivier porte l'insciption Sephiroth, il est le symbole de l'arbre kabalistique
  • L'accacia est le buisson ardent.

Dans la bibliothèque, les arbres sont sources de lumière. Cela symbolise leur relation aux Lumières, à la connaissance et transforment de fait, la bibliothèque en Jardin d'Eden.

Citations

Ecrites

Dans la salle principale de la bibliothèque, il y a sur les murs des inscriptions gravées au couteau. Ces inscriptions sont des citations tirées de livres en Français (de préférences, d'auteurs français dans le domaine public)

  • L'existence précède l'essence (J.P. Sartre)
  • Il faut les deux ailes, comme disait Jaspers, ne serait-ce que pour nous emporter philosophes et non-philosophes vers une limite commune. (Gilles Deleuze)
  • Lorsqu'on emploie trop de temps à voyager, on devient enfin étranger en son pays. (R. Descartes)
  • Quiconque veut être libre l'est en effet. (J.J. Rousseau)
  • Œil pour œil, et le monde entier devient aveugle (M. Gandhi)
  • A qui sait comprendre, peu de mots suffisent. (Stendhal)
  • La vie est une longue blessure qui s'endort rarement et ne guérit jamais. (G. Sand)

Placés ici et là, dans la bibliothèque, sont des références à La bibliothèque de Babel de Jorge Luis Borges.

  • Un symbole constitué de 3 Hexagones imbriqués surplombe l'entrée de la bibliothèque et sert de logo à la machine. L'hexagone est la forme des pièces dans la bibliothèque de Babel.
  • Ad æterno est inscrit en arc sur la tapisserie à l'entrée de la bibliothèque. Cela est tiré de la citation : "Premier axiome : la Bibliothèque existe ad aeterno."
  • Sur la tapisserie, également un symbole de labyrinthe (en forme de Kabbale) qui était un des thèmes récurrent de Borges.
  • Dans un mur est gravée la date de construction de la bibliothèque : 1941, Mar del Plata. Il s'agit en fait de la date et du lieu d'écriture de la Bibliothèque de Babel.
  • Les allées contenant les étagères de livres visibles dans le films sont intitulées : Tonnerre coiffè, La Crampe de plâtre et Axaxaxas mlÖ. Il s'agit des nom des hexagones administrés par l'inconnu dans la Bibliothèque de Babel
  • Le titre du livre en gros plan duquel on voit s'échapper les lettres est "l'anatomie de la mélancolie". Ce livre est cité dans la bibliothèque de Babel comme source de l'écrit de l'inconnu.

Orales

Dans la sphère, il y a des voix citant des passages de livres en Français. Ces passages seront tirés des livres disponibles sur Librivox.org. Ces livres sont dans le domaine public.

  • The raven (E.A. Poe) - seul extrait en anglais
Projets en cours
Outils supplémentaires